« Le  budget 2021 est un grand pas alors que nous devions bondir » selon Rosa Galvez, sénatrice indépendante récipiendaire du Clean50 Award.

Lundi le 19 avril, 2021

L’honorable Rosa Galvez, sénatrice indépendante, récipiendaire du Clean50 Award a fait les déclarations suivantes en réaction au budget déposé cet après-midi :

Mesuresenvironnementales et relance verte

« Le budget représente un important pas vers l’avant, bien qu’il survienne à un moment où le pays a besoin de courage pour prendre un grand bond afin de se remettre des impacts de la COVID-19. Ce budget nous met sur la trajectoire pour atteindre une réduction totale de 36% sous le niveau de 2005, mais nous devons faire plus puisque cela est très peu comparé aux réductions de 55% auxquelles s’est engagée l’Union Européenne et au plan de relance attendu du Président Biden. Malgré ce progrès vers des réductions d’émissions plus importantes en 2030, notre contribution est toujours bien loin de notre juste part. »

Divulgation climatique

J’apprécie l’introduction de standards de divulgations financières climatiques obligatoires pour les sociétés d’état, réglant ainsi d’importants problèmes de transparence quand au support financier des carburants fossiles par Exportation et Développement Canada, par exemple. Cette mesure initiale devrait évoluer dans la direction de la France et la Nouvelle Zélande qui légifèrent la divulgation obligatoire sur les marchés, et non seulement pour les sociétés d’état. »

Bâtir une économie axée sur la technologie propre

J’accueille favorablement le désir de réformer et ajouter des allégements fiscaux afin d’inciter le développement de technologies propres. En se basant sur les propositions prometteuses du budget 2021 comme le retrait de certaines activités liées aux carburants fossiles de l’éligibilité, j’espère que beaucoup d’attention sera vouée au diable dans les détails de la mise en œuvre des diverses mesures fiscales et de financement direct.

Hydrogène & CSC

« Le budget mentionne l’hydrogène 40 fois, parfois en spécifiant qu’il doit être « vert » mais aussi en laissant possiblement la porte ouverte à encourager l’hydrogène « grise ». Ces détails sont importants sachant que presque tout l’hydrogène présentement produit au Canada provient des carburants fossiles.  D’autres pays comme l’Allemagne et la déclaration conjointe entre les États-Unis et la Chine sont de plus en plus clairs que seul l’hydrogène « verte » produite à partir d’énergie renouvelable méritent le soutien. Une conditionalité verte sera essentielle pour assurer que nous ne soutenons pas l’industrie fossile aux dépens du climat sous le couvert de l’écoblanchiment.

Le budget mise aussi sur une technologie incertaine et couteuse comme le captage et stockage du carbone (CSC) qui risque d’approfondir notre dépendance aux carburants fossiles responsables pour les changements climatiques. Nous devrons étudier attentivement les divers fonds annoncés seront déboursés en pratique. En effet, plus d’un tiers des investissements de Ressources naturelles Canada dans la recherche, le développement et la démonstration d’innovations énergétiques pour une économie propre dans la dernière décennie étaient associés à la chaine de production des carburants fossiles comme le CSC. Il y a un énorme coût d’opportunité à choisir de fausses solutions pour relancer notre économie »

Inégalité fiscale

« Au-delà des mesures positives annoncées pour promouvoir la justice fiscales, comme imposer les géants du numérique, une nouvelle taxe sur les produits de luxe et sur l’immobilier détenu par des non-Canadiens, j’attend d’autres politiques pour lutter contre l'inégalité croissante de la richesse qui a tendance à s'aggraver en temps de crise. Par exemple, depuis les mesures de confinement mises en place en mars 2020, la richesse des milliardaires canadiens a augmenté de 78 milliards.

Les impôts sur la richesse et le profit excessifs sont supportés par les Canadiens de tous les horizons politiques et font ainsi l’objet d’un consensus national remarquable envers une hausse d’impôt. J’espère que les prochaines élections seront une opportunité de voir une volonté politique forte sur cet enjeu pressant.

J’accueille l’engagement libéral de s’attaquer à la justice fiscale dans ce budget. Plus doit être fait pour augmenter les impôts sur le 1% le plus riche et pour enfin éliminer les échappatoires fiscales et les paradis fiscaux à travers lesquels nous perdons des milliards de recettes fiscales chaque année, des milliards qui pourraient aider à payer une juste reprise. En outre, mon bureau estime, selon un rapport du Directeur parlementaire du budget sur la répartition de la richesse, qu'une taxe de 10% sur les 13 800 familles dont la richesse est supérieure à 20 millions générerait 56,1 milliards de dollars de revenus la première année et pourrait rembourser directement l'intégralité du financement d'urgence à ce jour lié à la COVID-19 en moins de cinq ans. Cette crise est l'occasion de mettre en œuvre de manière robuste la justice fiscale - et de payer pour la reprise sans avoir recours à des mesures d'austérité néfastes. »

Revenu minimal garanti

«Je célèbre le désir du gouvernement fédéral de suivre l’exemple du Québec sur les garderies, mais je suis déçue que le gouvernement n’ait pas saisi l’opportunité d’établir un revenu minimal garanti. Cette initiative est portée par plus de 50 sénateurs qui, sous la direction des sénatrices Kim Pate et Frances Lankin, demandent depuis le  début de la crise et ont finalement été soutenus par le Comité sénatorial permanent des finances nationales dans son rapport intérimaire sur la réponse économique au COVID-19. »

Comparaison au Livre Blanc

Je suis heureuse de noter que le budget comprend plusieurs politiques proposées dans mon Livre Blanc sur une relance propre et solidaire après la pandémie de la COVID-19, publié en novembre 2020. Notamment, le budget alloue des fonds pour des projets d’améliorations de l’efficacité énergétique et les codes du bâtiment, le plus grand investissement de l’histoire en conservation de la nature, la formation professionnelle, l’approvisionnement à faibles émissions de carbone et la gestion des déchets.

À propos de la sénatrice Rosa Galvez

Rosa Galvez est ingénieure environnementale, professeure, experte en pollution et sénatrice indépendante du Québec depuis 2016. Elle est membre du Comité sénatorial permanent des finances nationales qui a évalué la réponse d’urgence du gouvernement fédéral à la crise de la COVID-19. Depuis sa nomination au Sénat, elle est membre du Comité sénatorial permanent de l’énergie, de l’environnement et des ressources naturelles dont elle a présidé de 2017 à 2019.

Liens connexes :
En savoir plus sur la sénatrice Rosa Galvez à rosagalvez.ca
Suivre la sénatrice Rosa Galvez sur Twitter ou Facebook @SenRosaGalvez

Pour plus d’information veuillez contacter :
Karine Péloffy | Conseillère aux affaires parlementaires | Bureau de la sénatrice Rosa Galvez
343-548-1495 | Karine.Peloffy@sen.parl.gc.ca