[ SkipToMainMenu ]

Rapport d’activités quinquennal 2021

Message de la sénatrice Rosa Galvez

Le 6 décembre marque une date importante pour mon bureau : c'est le jour où j'ai été assermenté il y a cinq ans en tant que nouvelle sénatrice indépendante représentant ma province du Québec (Bedford), après avoir été nommée dans le cadre du nouveau processus non partisan et fondé sur le mérite. Ce jour-là, je me suis engagée à être fidèle aux Canadiens.

Dans mon discours inaugural, j'ai expliqué comment mes compétences et mes connaissances pourraient être utiles au Sénat pour améliorer la qualité de vie de tous les Canadiens ; je les ai mises en pratique au cours des cinq dernières années suivant ma nomination.

En tant que professeur universitaire et scientifique, je crois profondément que c'est par l'éducation que nous pouvons stimuler les changements de paradigme et effectuer les changements nécessaires pour comprendre les problèmes complexes et améliorer nos vies. Mon travail dans la conception et la construction d'infrastructures de base tout au long de ma carrière a ancré en moi certaines valeurs que j'ai apportées avec moi au Sénat : la sécurité publique, la responsabilité, la transparence, l'éthique et l'efficacité.

En tant que parlementaire, j'ai toujours promu la nécessité de bonnes politiques efficace fondées sur des preuves, la science et des faits, en particulier lorsqu'il s'agit de résoudre des problèmes complexes qui englobent l'économie, la technologie, la protection de la santé humaine, la sécurité publique, l'environnement et les écosystèmes. Nous avons devant nous un exemple urgent et redoutable où nous avons besoin de politiques fondées sur des preuves : la résolution des crises concomitantes du changement climatique et de la pandémie de la COVID-19, toutes deux intrinsèquement liées. Il est évident que si les modèles socio-économiques sont des inventions humaines, les lois naturelles et planétaires sont rigides et ne se plient pas au désir humain. Pour résoudre ces problèmes anthropiques, nous devons changer les modèles socio-économiques obsolètes. Comme le disent certains climatologues : si l'on répare l'économie, on répare le climat.

La quête de la connaissance provient de nombreuses sources. Bien avant l'arrivée des Européens, les peuples autochtones des Amériques vivaient de la terre et avaient un bien meilleur équilibre avec leur environnement. Les connaissances traditionnelles autochtones peuvent nous guider dans notre lutte contre les changements climatiques et dans l'accès aux services écologiques de base dont les êtres humains ont besoin pour s’épanouir – air, sol et eau propres. Ces connaissances peuvent nous apprendre à avoir une meilleure vie en harmonie avec la nature.

Dans l'esprit de respecter les valeurs et les principes énoncés ci-dessus, je publie ce rapport d'activité quinquennal afin de rester responsable de la promesse que j'ai faite aux Canadiens. Ce rapport tente de donner un aperçu de mes principales contributions, préoccupations et réalisations dans mon rôle de sénatrice indépendante au service de mes concitoyens.

Le travail parlementaire au sein de mon bureau a été intense et efficace grâce à l'apport de personnes formidables qui travaillent de manière collégiale, inclusive et motivée. Je remercie sincèrement mon équipe actuelle - Stéphane, Nick et Karine - dont le travail se reflète dans chaque activité mentionnée dans ce rapport. Le fait de pouvoir compter sur le soutien de cette bonne équipe est à l'origine de chaque réalisation.

J'espère qu'en lisant ce rapport, vous reconnaîtrez que le travail du Sénat par le biais de l'examen législatif, des études en comité, des activités communautaires, de la sensibilisation des intervenants et de la diplomatie parlementaire est précieux et important pour la démocratie canadienne. Je soumets ce rapport d'activités comme un exercice de transparence afin de tenir le public informé de mon travail parlementaire.

Cordialement,

Rosa Galvez, Ph.D, ing., FSCGC, FIC avec le soutien de mon équipe:

              • Stéphane Laviolette, gestionnaire de bureau et expert en stratégie politique
              • Me Karine Péloffy, MSc., B.C.L., L.L.B, une avocate environnemental accomplie
              • Nick Zrinyi, B.Eng, MASc. un chercheur et analyste talentueux

2016-17

En chambre du Sénat 42e Parlement

Au cours de ma première année en tant que sénatrice, j'ai prononcé mon discours inaugural qui décrivait les priorités de mon futur travail au Sénat ainsi que l'expérience qui me qualifie pour l'entreprendre.

J'ai été fière d'agir en tant que témoin en comité et de jouer un rôle déterminant dans l'avancement au Sénat du projet de loi S-218, parrainé par le défunt sénateur Tobias Enverga Jr, qui désignerait le mois d'octobre comme le mois du patrimoine latino-américain.

J'ai également été porte-parole du projet de loi S-238 qui visait à interdire l'importation et l'exportation des ailerons de requin. Bien qu'il n'ait pas été adopté par la Chambre des communes, le gouvernement a promulgué l'interdiction en 2019 par le biais du projet de loi C-68.

En comités

Au sein du Comité sénatorial permanent de l'énergie, de l’environnement et des ressources naturelles, j’ai participé à :

En novembre 2017, j’ai été élue présidente du Comité sénatorial permanent de l'énergie, de l’environnement et des ressources naturelles, un poste que j’ai comblé jusqu’en septembre 2019.

Au sein du Comité sénatorial permanent des transports et des communications, j’ai participé à :

Communauté

En tant que nouvelle sénatrice, j'avais pour objectif de créer des liens solides avec la communauté tout en poursuivant le travail de ma carrière, qui consiste à partager les connaissances scientifiques. Dans cet esprit, j'ai été conférencière invitée de la Tournée nationale de conférences de la Société canadienne de génie civil, une tournée de 18 villes à travers le pays pour partager des recherches et des réflexions sur l'explosion de Lac-Mégantic en 2013. J'ai également organisé ou donné des conférences sur les infrastructures durables à New York, la protection des Grands Lacs à Détroit et la conservation des habitats naturels.

Au total, j'ai eu l'occasion d'agir en tant que conférencière dans 28 webinaires, panels et événements.

À l'occasion du 150e anniversaire du Canada, j'ai remis à sept scientifiques canadiens la médaille commémorative du 150e anniversaire du Sénat pour souligner leur contribution à l'avancement de l'innovation et du savoir.

Pour mes contributions à la communauté latino-américaine canadienne, j'ai reçu le prix de la personne de l'année (représentante du gouvernement) de la Chambre de commerce péruvienne canadienne. Au Pérou, j'ai été fière de recevoir les clés de la ville de Chota, ville natale de mon père dans les sommets des Andes.

Enfin, j'ai assisté à la 24e session ordinaire de la Commission de coopération environnementale à Charlottetown. La session a porté sur l'accélération de la croissance propre et la promotion des programmes de coopération trilatérale.

Transparence et responsabilité

Mes dépenses totales s’élevaient à 17 680,17 $ pour l'exercice fiscal 2016-17 et à 122 962,54 $ pour l'exercice fiscal 2017-18, représentant 30% et 55% respectivement de mon budget total disponible. Vous pouvez trouver la répartition trimestrielle de mes dépenses sur la page Web de divulgation proactive du Sénat.

En 2017, j’ai embauché Stéphane Laviolette en tant qu’adjoint exécutif ; il deviendra plus tard conseiller en stratégie politique et gestionnaire de bureau.

J’ai également embauché Alexandra Hincke, titulaire d’un doctorat en sciences climatiques, en tant que conseillère en affaires parlementaires.

 

2018

En chambre du Sénat 42nd Parliament

En 2018, le Sénat a étudié plusieurs textes législatifs importants. J'ai participé activement en Chambre sur le projet de loi C-74, la Loi d'exécution du budget de 2018, qui a promulgué le premier prix fédéral sur les émissions de carbone. J'ai également consacré beaucoup de temps et de ressources au débat sur le projet de loi C-45, qui a légalisé et fourni un cadre juridique pour la possession et la vente de cannabis.

Le travail du regretté sénateur Enverga Jr. et de moi-même a porté fruits lorsque la Chambre des communes a adopté le projet de loi S‑218, la Loi sur le Mois du patrimoine latino-américain – une victoire pour la communauté latino-américaine/hispanique canadienne.

J'ai poursuivi mon travail de porte-parole du projet de loi S-238, qui visait à interdire l'importation et l'exportation des ailerons de requin. Bien qu'elle n'ait pas été adoptée à la Chambre des communes, l'interdiction a été promulguée en 2019 dans le cadre du projet de loi C-68.

Enfin, j'ai contribué au débat sur le projet de loi S-243, qui aurait obligé l'Agence du revenu du Canada à faire rapport sur toutes les condamnations pour évasion fiscale et sur l'écart fiscal. Le projet de loi a été adopté par le Sénat mais a été rejeté à la Chambre des communes.

En comités

Toujours en tant que présidente du Comité sénatorial permanent de l'énergie, de l’environnement et des ressources naturelles, j’ai participé à :

Au sein du Comité sénatorial permanent des transports et des communications, j’ai participé à :

En 2018, je suis devenue membre du nouveau Comité spécial sur l’Arctique qui a entrepris :

Communauté

Cette année, de nombreux engagements communautaires impliquaient la diplomatie parlementaire, le partage des connaissances et des sciences, ainsi que la communauté latino-américaine. J'ai eu l'occasion d'intervenir en tant que conférencière dans 35 webinaires, panels et événements.

Avec ParlAmericas et l'Association parlementaire Canada-Europe, j'ai participé à plusieurs événements de diplomatie parlementaire, dont le Sommet des Amériques à Lima et les sessions de l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe. J'ai été fière d'être élue vice-présidente de la section canadienne de ParlAmericas, un rôle que je remplis à ce jour.

J'ai eu le privilège de recevoir le Prix du service méritoire 2018 pour service professionnel d'Ingénieurs Canada, le Premio Iberoamericano ASICOM de l'Université d'Oviedo en Espagne, et de figurer parmi la liste des 10 Canadiens hispaniques les plus influents.

J'ai co-organisé la Journée hispanique sur la Colline pendant le premier mois officiel du patrimoine latino-américain, une célébration à laquelle 800 invités ont assisté et qui a mis en valeur la culture dynamique et diversifiée des Canadiens d'origine latino-américaine.

Afin d'obtenir les commentaires directs et l'opinion de ma communauté à Québec, j'ai co-organisé avec les sénatrices Dupuis et Saint-Germain un panel sur la légalisation du cannabis à laquelle ont participé des experts provinciaux et fédéraux.

Enfin, tant au Canada qu'à l'étranger, j'ai donné plusieurs conférences scientifiques sur l'économie circulaire, les changements climatiques et l'adaptation des infrastructures. Mon bureau a également participé à l'événement inaugural La science rencontre le parlement, qui vise à mettre en relation des scientifiques et des parlementaires et à faciliter les échanges.

Dans l'esprit de débat ouvert et de tenir le public informé des questions d'actualité, j'ai publié 7 articles :

Transparence et responsabilité

Mes dépenses totales s’élevaient à 178 613,82 $ pour l'exercice fiscal 2018-19, représentant 79% de mon budget total disponible. Vous pouvez trouver la répartition trimestrielle de mes dépenses sur la page Web de divulgation proactive du Sénat.

En 2018, j’ai embauché Nick Zrinyi, un chercheur talentueux avec une formation d’ingénieur environnemental, en tant qu’analyste de politiques.

J’ai aussi embauché une étudiante pour approfondir les liens de mon bureau avec la communauté latino-américaine canadienne et pour entreprendre de la recherche sur les mines durables.

 

2019

En chambre du Sénat 42nd and 43rd Parliaments

En 2019, les délibérations aux Sénat ont fait l'objet de nombreux débats sur les questions environnementales.

Une grande partie de mon temps et de mes ressources a été consacrée au processus législatif entourant le projet de loi C‑69, un projet de loi qui visait à moderniser le processus d'évaluation d’impact environnemental, à établir la Régie de l’énergie du Canada et à mettre à jour la Loi sur les eaux navigables canadiennes. Cette législation était directement liée à mon domaine d'expertise en tant qu'ingénieure environnementale.

J'ai également participé activement au débat litigieux sur le projet de loi C-48, la Loi sur le moratoire relatif aux pétroliers, qui a officialisé dans la loi le moratoire de facto sur le transport de pétrole à destination ou en provenance des installations maritimes situées le long de la côte nord de la Colombie-Britannique, au grand soulagement des Premières nations, des municipalités et des travailleurs de la côte de la province.

J'ai également accepté de parrainer au Sénat le projet de loi C-326, présenté à la Chambre des communes par Francis Scarpaleggia (député de Lac-Saint-Louis), qui aurait exigé du ministre de la Santé qu'il ou elle identifie et fasse rapport sur les normes ou les directives internationales concernant la qualité de l'eau potable qui devraient être comparées à celles qui sont en cours d'élaboration au Canada. Le projet de loi n'a pas terminé le processus législatif avant les élections de 2019 et est mort au feuilleton.

En comités

Toujours en tant que présidente du Comité sénatorial permanent de l'énergie, de l’environnement et des ressources naturelles, j’ai participé à :

Au sein du Comité sénatorial permanent des transports et des communications, j’ai participé à :

Communauté

Cette année a été très active au sein de la communauté. J'ai eu l'occasion d'agir en tant que conférencière dans 45 webinaires, panels et événements sur une variété de sujets tels que l'égalité des genres, l'écotoxicité, et la science et l'innovation.

J'ai eu la chance incroyable de participer au Programme parlementaire du ministère de la Défense nationale et des Forces armées canadiennes, où j'ai embarqué à bord du navire canadien de Sa Majesté NCSM Ville de Québec, de St. John's (T.‑N.‑L.) à Nuuk, Groenland. Ce fut une expérience enrichissante de voir la Marine royale canadienne en action, surtout dans la région de l'Arctique où les changements climatiques affectent notre présence scientifique et militaire.

Par l'intermédiaire de ParlAmericas et de l'Association parlementaire Canada-Europe, j'ai participé à plusieurs événements de diplomatie parlementaire, notamment une réunion bilatérale avec des parlementaires mexicains, une conférence sur les parlements ouverts en Équateur, la COP25 à Madrid et des sessions de l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe. Je me suis également impliquée davantage dans le Réseau parlementaire sur la Banque mondiale et le Fonds monétaire international, en participant à sa réunion parlementaire lors de l'assemblée annuelle de la Banque mondiale et du FMI, qui portait sur la lutte contre les inégalités financières.

J'ai eu le grand honneur de devenir Fellow d'Ingénieurs Canada et de la Société canadienne de génie civil. C’était aussi un honneur de recevoir le Canadian Hispanic Leaders Award.

En réponse à la lenteur du processus de mise à jour du Code national du bâtiment, mon bureau a publié un livre blanc analysant les pratiques actuelles d'élaboration et de mise en œuvre des codes du bâtiment du Canada et présentant des recommandations.

Mon engagement auprès de la communauté latino-américaine a constitué une partie importante de mon travail parlementaire. J'ai représenté le gouvernement du Canada lors des inaugurations présidentielles de l'Argentine et du Panama, je me suis rendue au Pérou pour échanger sur la sécurité de l'eau et les changements climatiques, et j'ai participé à plusieurs conférences avec les ambassades d'Amérique latine au Canada.

En appui à l’industrie de la construction navale au Québec, j’ai rassemblé quelques sénateurs du Québec pour encourager le gouvernement fédéral à inclure le Chantier Davie dans la Stratégie nationale de construction navale.

Enfin, j'ai publié un article dans le National Observer : We need visionary leaders ready to face the climate emergency.

Transparence et responsabilité

Mes dépenses totales s’élevaient à 198 953,56 $ pour l'exercice fiscal 2019-20, représentant 86% de mon budget total disponible. Vous pouvez trouver la répartition trimestrielle de mes dépenses sur la page Web de divulgation proactive du Sénat.

En 2019, j’ai embauché Karine Péloffy, une avocate environnementale talentueuse, en tant que Conseillère aux affaires parlementaires et légales.

J’ai également embauché un étudiant pour la conception de mon site web.

 

2020

En chambre du Sénat 43nd Parliament

En 2020, en raison de la pandémie de la COVID-19, nous avons connu des changements profonds dans les procédures de la Chambre du Sénat. Les séances du Sénat se faisaient rares et se déroulaient en fonction des besoins urgents, tandis que la législation se concentrait principalement sur les mesures d'urgence de la COVID-19. En avril 2020, reconnaissant que la pandémie limiterait considérablement la capacité du Sénat à assumer ses fonctions démocratiques, j'ai encouragé le président du Sénat à adapter l'institution aux procédures parlementaires virtuelles. En octobre 2020, le Sénat a effectué un passage historique aux séances virtuelles hybrides, rendant de nouveau à tous les sénateurs du pays leur privilège parlementaire pour remplir efficacement leurs fonctions.

J'ai participé à la grande majorité des séances du Sénat pendant la pandémie, en personne ou virtuellement, et suis intervenue dans la plupart des débats sur les mesures de pandémie. Les principaux thèmes de législation auxquels j'ai participé se concentraient sur les prestations d'urgence et le soutien aux particuliers et aux entreprises.

J'ai saisi l'occasion d'aborder la question des puits de pétrole et de gaz orphelins et du financement gouvernemental lors du débat sur le projet de loi C-17, une loi de crédits accordant des fonds pour les dépenses fédérales.

À la suite des discussions généralisées au Canada et aux États-Unis sur le racisme systémique, j'ai participé à un débat d'urgence sur le racisme systémique en chambre du Sénat, où j'ai souligné la question peu connue du racisme environnemental au Canada.

Grâce à d'importantes interpellations au Sénat, j'ai abordé les parcours à suivre pour atteindre la décarbonisation au Canada, ainsi que les lacunes de la politique du Sénat en matière de harcèlement et leurs impacts sur notre travail parlementaire.

Enfin, j'ai donné mon appui au projet de loi S-209, qui visait à réduire l’âge légal du droit de vote au fédéral de 18 à 16 ans. Ce n'était pas la première tentative au Parlement et il n'a malheureusement pas été adopté avant la fin de la session parlementaire.

En comités

En raison de la pandémie de la COVID-19 qui a restreint la capacité des comités à se réunir en personne, le Comité sénatorial permanent de l'énergie, de l'environnement et des ressources naturelles n'a entrepris aucun travail, à l'exception d'une réunion préparatoire à l'étude du projet de loi S-3, qui visait à obtenir une prolongation pour l'élaboration de règlements sur la santé et la sécurité sur les plates-formes pétrolières en mer.

Je suis également devenue membre du Comité sénatorial permanent des finances nationales qui, en revanche, était habilité à se réunir et à étudier en raison de son mandat couvrant les besoins financiers de la législation d'urgence. J’ai participé à :

Communauté

La pandémie de COVID-19 ayant perturbé les activités régulières, les engagements communautaires ont été fortement affectés et la plupart des activités se sont déroulées de manière virtuelle. Néanmoins, j'ai eu l'occasion d'agir en tant que conférencière dans 27 webinaires, panels et événements sur une variété de sujets tels que les risques climatiques à l’infrastructure, la communauté latino-américaine canadienne, la violence à l'égard des femmes et la relance après la pandémie de la COVID-19. Avant les mesures de confinements, j'ai organisé une table ronde en personne sur les solutions fondées dans la nature pour lutter contre les changements climatiques au Canada.

En réponse à la pandémie, mon bureau a publié un livre blanc sur les liens entre les pandémies et les changements climatiques ainsi qu'une série de recommandations de politiques pour une relance propre et solidaire. La publication était accompagnée d'une série de webinaires mettant en vedette des experts en matière de santé, d'environnement et d'économie, dont le lauréat du prix Nobel et ancien économiste en chef de la Banque mondiale, Joseph Stiglitz.

À ma demande, le directeur parlementaire du budget a publié son rapport sur l’Estimation du coût d’un système parlementaire hybride, évaluant les coûts et les économies de la procédure virtuelle du Sénat adoptée pendant la pandémie. Selon ce rapport, le système hybride pourrait permettre de réaliser des économies nettes annuelles de 8,1 millions de dollars et de réduire les émissions de gaz à effet de serre d'environ 2 972 tonnes métriques d'équivalent CO2.

J'ai également eu l'honneur de devenir trésorière du conseil d'administration de la corporation de ParlAmericas, une association parlementaire des Amériques.

Enfin, j'ai publié les articles suivants pour encourager le débat public :

Transparence et responsabilité

Mes dépenses totales s’élevaient à 234 899,52 $ pour l'exercice fiscal 2020-21, représentant 100% de mon budget total disponible. Vous pouvez trouver la répartition trimestrielle de mes dépenses sur la page Web de divulgation proactive du Sénat.

Cette année, j'ai travaillé avec un consultant en stratégie de médias et de communication afin d'optimiser le travail et le succès parlementaire de mon bureau.

 

2021

En chambre du Sénat 43rd and 44th Parliaments

En 2021, j'ai parrainé le projet de loi gouvernemental C-12, la Loi canadienne sur la responsabilité en matière de carboneutralité. Cette loi historique a créé un cadre pour la fixation de cibles quinquennales ainsi que la création de plans de réduction des émissions de gaz à effet de serre et de rapports d'évaluation pour atteindre la carboneutralité d'ici 2050.

J'ai posé des questions en Chambre et j'ai participé activement à plusieurs débats sur des projets de loi gouvernementaux concernant les règlements sur la santé et la sécurité des plates-formes pétrolières en mer, l'interdiction des pratiques néfastes de thérapie de conversion et les crédits pour les dépenses fédérales.

J'ai agi comme porte-parole du projet de loi C-204, qui aurait interdit toute exportation canadienne de déchets plastiques. Ce projet de loi a été adopté à la Chambre des communes avec l'appui de tous les partis d'opposition, mais il est mort au Feuilleton lorsque les élections ont été déclenchées, faute de temps.

Après des années de scandales liés au harcèlement, le Sénat a cherché à mettre à jour sa politique sur le harcèlement. J'ai participé activement au débat pour une meilleure protection des sénateurs et du personnel et, bien que je ne sois pas satisfaite du produit final, le Sénat dispose maintenant d'une meilleure politique en matière de harcèlement.

J'ai appuyé une motion demandant l'aide du gouvernement pour éviter que des coupures massives à l'Université Laurentienne n'affectent l'éducation postsecondaire dans le Nord de l'Ontario.

Enfin, j’ai présenté en chambre du Sénat une motion pour déclarer l’urgence climatique nationale à la suite de la publication du premier volet du sixième rapport d’évaluation du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat, des délibérations de la COP26 et des extrêmes climatiques violents à travers le pays en 2021.

En comités

Au sein du Comité sénatorial permanent de l'énergie, de l’environnement et des ressources naturelles, j’ai participé à :

Au sein du Comité sénatorial permanent des finances nationales, je me suis à nouveau concentrée sur le soutien en lien avec la COVID-19 aux familles et aux entreprises canadiennes. Nous avons entendu un large éventail d'intervenants dans le cadre de nos études sur :

  • le projet de loi C-14, qui a promulgué certaines mesures dans le cadre de l’énoncé économique de l'automne;
  • le projet de loi C-30, Loi no. 1 d’exécution du budget de 2021;
  • les budgets principal et supplémentaires des dépenses du gouvernement par leur troisième et sixième rapports; et
  • le projet de loi S-222, qui visait à donner plus de souplesse aux organismes de bienfaisance dans l'utilisation de leurs ressources.
Communauté

En 2021, les engagements communautaires ont été fortement affectés par les mesures sanitaires et la plupart des activités se sont déroulées de manière virtuelle. Toutefois, j'ai eu l'occasion d'intervenir en tant que conférencière dans 38 webinaires, panels et événements liés à mon travail parlementaire.

J'ai été extrêmement fière d'être élue présidente du Réseau parlementaire sur le changement climatique de ParlAmericas, un réseau de parlementaires de toutes les Amériques concernés par l'action climatique, et de devenir 2e vice-présidente du conseil d'administration de la Corporation ParlAmericas.

Au début novembre, le monde s'est réuni pour la COP26 à Glasgow afin de négocier certains détails de l'Accord de Paris et plus particulièrement le financement des nations en développement pour lutter contre les changements climatiques. J'ai eu l'occasion de participer et de m'engager auprès d'organisations syndicales, sanitaires, parlementaires et non gouvernementales. J'ai notamment plaidé en faveur de l'alignement des systèmes financiers sur nos engagements climatiques dans des discours prononcés lors du Sommet des législateurs GLOBE et de la réunion parlementaire de l'Union interparlementaire.

À ma demande, le directeur parlementaire du budget a publié deux rapports :

  • le premier rapport estime que les demandes de remboursement de dépenses liées aux ressources par les corporations pétrolières, gazières et charbonnières ont réduit les recettes fiscales fédérales de 1,8 milliard de dollars en moyenne par année de 2015 à 2019; et
  • le second rapport a mis à jour la base de données des individus à valeur nette élevée et est essentiel pour comprendre comment la richesse est concentrée dans notre pays et comment cette inégalité évolue au fil du temps.

J’ai également été récipiendaire du prix Clean50 pour mon travail sur la législation environnementale.

Dans l’esprit d’éducation publique, j’ai publié un guide pour s’orienter dans le processus législatif fédéral et un guide sommaire pour comprendre la Loi canadienne sur la responsabilité en matière de carboneutralité. J’ai aussi publié 10 articles :

Transparence et responsabilité

Mes dépenses totales s’élèvent à 232 354,90 $ pour l'exercice fiscal 2021-22 (en date de décembre 2021), représentant 99% de mon budget total disponible. Vous pouvez trouver la répartition trimestrielle de mes dépenses sur la page Web de divulgation proactive du Sénat.

Photos

Sur le navire canadien de Sa Majesté NCSM Ville de Québec grâce au programme parlementaire des Forces armées canadienne (août 2019).

Assermentation au Sénat du Canada (6 décembre 2016).

En chambre du Sénat avec trois récipiendaires de la médaille du 150e anniversaire du Sénat (29 novembre 2017).

Mon équipe (gauche à droite) : Nick Zrinyi, B.Eng, MASc..; Me Karine Péloffy, MSc. B.C.L. L.L.B.; et Stéphane Laviolette.

À l’événement des Femmes pour la nature, organisé par Nature Canada mettant en vedette Céleste la chouette (23 octobre 2017).

Réception avec des ambassadeurs et des représentants de 16 pays d'Amérique latine (28 novembre 2018).